Droit à la santé

  • DROIT HUMAIN FONDAMENTAL

    Anesvad a pour objectif principal la promotion et la protection de la santé comme Droit fondamental de l’homme.

  • DROIT HUMAIN INALIÉNABLE

    La santé est un droit humain inaliénable et nous devons tous contribuer à faire progresser son développement.

  • MANQUE DE SOINS

    Le manque de soins est une cause et une conséquence de la pauvreté.

NOUS TRAVAILLONS EN FAVEUR DU DROIT À LA SANTÉ DES PERSONNES LES PLUS OUBLIÉES

Photographie : Ana Palacios

Nous sommes une organisation engagée en faveur des droits humains et sociaux, en particulier du droit aux soins médicaux des personnes les plus pauvres et oubliées de la planète qui intervient également dans d’autres domaines comme l’éducation et l'entrepreneuriat. Notre cadre d’intervention se centre sur les maladies de la peau comme l’ulcère de Buruli, le Pian ou la lèpre. Il s’agit de trois des dix-sept maladies tropicales négligées cataloguées par un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé. Nous prêtons un service de soins lié à ces trois maladies qui touchent des millions de personnes dans le monde. Ces maladies alimentent la spirale de la pauvreté, leurs causes et conséquences et empêchent de gagner la bataille contre les inégalités et les problèmes internationaux tels que le droit élémentaire aux soins auquel des millions de personnes n’ont pas accès.

Il est possible de prévenir ces maladies qui touchent principalement les enfants et de les soigner. Si elles ne sont pas prises en charge à temps, elles provoquent des défigurations, des amputations et des lésions visibles à vie et les malades sont victimes de la stigmatisation.

NOUS LUTTONS CONTRE LES MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES

Les Maladies Tropicales Négligées

Photographie : Ana Palacios

Anesvad travaille avec des organisations locales et les gouvernements pour aborder conjointement ces maladies. C’est avec une approche basée sur les droits de l’homme, en faisant participer tous les maillons de la chaîne, que nous pensons obtenir un majeur impact, au travers d’une stratégie intégrale qui passe nécessairement par la stratégie des Soins de Santé Primaire (SSP) et vise l’amélioration de la santé de toute la communauté. Nous nous engageons à distribuer de façon plus juste et équitable les ressources socioéconomiques qui sont primordiales pour la santé, c’est-à-dire l’éducation, l’eau potable, l’hygiène, l’assainissement et l’alimentation. Nous incorporons également, de façon transversale dans tous nos projets, les perspectives de genre, handicap, interculturalité et durabilité environnementale, en mettant tout particulièrement l’accent sur les liens avec le droit à la santé.

Photographie : Ana Palacios

Ce travail de prévention et de contrôle des MTN fait partie intégrante de notre engagement en faveur de la couverture maladie universelle, dont l’objectif est de garantir que toutes les personnes reçoivent les soins dont elles ont besoin, sans s’endetter pour les payer.

Objectifs de développement du millénaire, Anesvad et les maladies négligées.

Anesvad est engagée en faveur des objectifs de développement durable (ODD), en qualité d’agent moteur du changement. L’objectif 3 vise à garantir la santé et le bien-être pour toutes les personnes, à chaque étape de leur vie et englobe les maladies tropicales négligées, l’axe central de l’intervention d’Anesvad.

Photographie : Ana Palacios

Que les maladies tropicales négligées aient été incluses dans les ODD est une excellente nouvelle et implique une progression vis-à-vis des objectifs de développement du millénaire qui ne les incluaient pas. Les ODD ne se limitent pas à certaines maladies, leur objectif sanitaire est vaste et ils ont pour but d’obtenir la couverture maladie universelle en éliminant les inégalités en matière d’accès à la santé, du point de vue global et pas seulement par pays. Malgré tout, le travail réalisé pour freiner la progression de ces maladies dans les pays les plus touchés a permis d’améliorer la santé de milliers de personnes. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2012 plus de 800 millions de personnes ont eu accès aux soins et ont reçu un traitement préventif pour au moins l’une des 20 maladies.

Le rapport des statistiques sanitaires mondiales publié par l’OMS révèle que les politiques de nombreux pays sont encore très loin d’obtenir la couverture maladie universelle dans les services de santé, selon un indice d’accès à 16 services essentiels. Les droits sociaux et les déficiences sont d’autant plus évidents dans des régions d’Afrique où de nombreuses personnes qui ont besoin de soins sont confrontées aux « dépenses médicales catastrophiques » qui sont les frais sanitaires directs et représentent 25 % de l’économie familiale et les appauvrissent encore plus.

Les statistiques sanitaires mondiales 2016 offrent une vision générale des données annuelles les plus récentes liées aux objectifs de santé des ODD, et plus particulièrement celles liées aux MTN dont les chiffres exigent encore des réponses :

  • 1,7 milliard de personnes ont besoin d’un traitement contre les maladies tropicales négligées dans 185 pays
  • 1,8 milliard de personnes boivent de l’eau contaminée et 946 millions de personnes font leurs besoins à l’extérieur
  • Plus de 2,7 millions de personnes personnes ont besoin d’un traitement et de soins pour des maladies comme l’ulcère de Buruli ou la lèpre

Les interventions sur les maladies négligées comme celles qu’Anesvad mène au Bénin, au Ghana ou en Côte d’Ivoire exigent la mise en place de différentes actions :

  • 1.

    Eau, hygiène et assainissement

    L’eau, l’hygiène et l’assainissement sont fondamentaux pour combattre et prévenir les maladies négligées qui touchent les personnes les plus pauvres et exclues qui vivent dans des situations de pauvreté extrême et n’ont pas accès aux conditions d’hygiène élémentaires. Ces communautés disposent de très peu d’options de santé accessibles, elles n’ont pas de points d'eau potable, ne savent pas ce qu’est un robinet ni des toilettes. Par ailleurs, l’installation des points d’eau et de toilettes a une incidence sur l’éducation ; il faut apprendre aux populations de bonnes habitudes d’hygiène et leur montrer comment l’eau potable et les WC peuvent améliorer leur santé.

  • 2.

    Formation

    Les maladies que nous combattons surviennent dans des contextes d’extrême vulnérabilité et pauvreté, dans les endroits où le personnel médical fait cruellement défaut. C'est pourquoi il est primordial de travailler sur la motivation et l’approfondissement des connaissances afin de garantir la meilleure prise en charge des malades. Tous nos projets incorporent la formation du personnel médical mais aussi celle du premier maillon de la chaîne de soins : les promoteurs et promotrices de la santé. Il s’agit de personnes qui vivent au sein des communautés et reçoivent des connaissances élémentaires qui leur permettent d'aider leurs voisins et voisines. En outre, les activités de sensibilisation et d’information au sein des communautés nous permettent de travailler également sur la détection précoce des maladies, et de réduire ainsi leur impact sur les personnes malades qui sont soignées plus tôt. Toutes ces activités contribuent au renforcement des systèmes de soin. C’est la seule façon de garantir la viabilité des interventions et d’atteindre notre objectif ultime : obtenir des changements réels, qui perdurent dans le temps et améliorent les conditions de vie des populations au sein desquelles nous intervenons.

  • 3.

    Traitement, soins et rééducation

    Une fois la maladie détectée, nous travaillons pour que toutes les personnes reçoivent le même traitement, où qu’elles soient et quel que soit le stade de la maladie, car toutes ont les mêmes droits. Pour ce faire, nous garantissons le traitement complet qui passe par l’hospitalisation, si nécessaire, la distribution de médicaments, d’aliments et même de soutien scolaire dans le cas des enfants, qui restent les principales victimes de ces maladies. Nous assumons également la gestion des cas les plus graves, qui nécessitent une intervention chirurgicale et la rééducation postérieure, pour récupérer la mobilité des membres affectés et réduire la stigmatisation et les conséquences physiques et mentales que laissent ces maladies.

  • 4.

    APPROVISIONNEMENT DE MÉDICAMENTS ET DE MATÉRIEL

    Anesvad soutient l’approvisionnement de médicaments aux centres de soin, pour garantir que tous les malades reçoivent leur traitement. L’ulcère de Buruli est une maladie dont la transmission reste aujourd’hui encore inconnue mais il existe néanmoins une combinaison d’antibiotiques qui permet de soigner les personnes touchées à un stade précoce. Depuis 1995, il existe également un traitement gratuit pour combattre la lèpre et dans le cas de la maladie de Pian des découvertes récentes permettent de soigner les personnes touchées avec une seule dose d’azithromycine, un antibiotique utilisé pour soigner d’autres affections comme la pharyngite.

  • 5.

    ENTREPRENEURIAT ET RÉINSERTION SOCIALE

    Bon nombre des communautés et des régions touchées par ces maladies croient que leur origine est mystique et qu’elles sont liées à des malédictions. Trop souvent, les malades cachent leur maladie ou sont rejetés par leurs voisins et voisines, et cette exclusion touche aussi les membres de leur famille. Il est donc fondamental d’informer et de sensibiliser la population afin que tous comprennent qu’il s'agit d’une question de santé qui exige un traitement. Faute de soins, les conséquences sont fatales et les malades sont confrontés à la pauvreté, à la stigmatisation et au rejet. Pour que les personnes qui ont souffert de la maladie récupèrent leur vie et puissent travailler et percevoir des revenus, nous développons des activités d'entrepreneuriat et de réinsertion sociale au sein des centres et avec des associations d’anciens malades.

Vidéos

Nous luttons contre l’ulcère de Buruli

Ce que vous pouvez faire

Vous voulez nous aider dans notre lutte contre les maladies négligées?

Je souhaite collaborer

ACCRÉDITATIONS

  • Ongd
  • aecid
  • Diploma a la gestión avanzada
  • Ong acreditada