Droit à la santé

  • Droit de l'Homme fondamental

    Anesvad a pour objectif principal la promotion et la protection de la santé comme Droit fondamental de l’homme.

  • Droit de l'Homme inaliénable

    La santé est un Droit de l'homme inaliénable et nous devons contribuer à ce droit pour avancer en matière de développement.

  • L'absence de santé

    L'absence de santé est une cause et une conséquence de la pauvreté.

Nous travaillons pour le Droit à la santé des personnes les plus oubliées

Photographie : Ana Palacios

Nous sommes une organisation engagée pour le Droit à la santé des personnes les plus appauvries et oubliées de la planète. Notre domaine d’intervention se centre sur les maladies de peau comme l’ulcère de Buruli, le pian, ou la lèpre. Ce sont trois des dix-sept Maladies Tropicales Négligées cataloguées par l’Organisation mondiale de la santé, qui affectent des millions de personnes dans le monde. Il s’agit de maladies qui alimentent le cercle de la pauvreté, qui en sont la cause et la conséquence, et qui rendent insurmontable la lutte contre l’inégalité.

Des maladies que l’on peut prévenir, que l’on peut guérir et qui affectent principalement des enfants. Si elles ne sont pas traitées à temps, elles peuvent provoquer des défigurations et des amputations, et les lésions sont visibles à vie, causant un énorme stigmate à ceux qui les souffrent.

Nous luttons contre les Maladies Tropicales Négligées

Les Maladies Tropicales Négligées

Photographie : Ana Palacios

Chez Anesvad nous travaillons avec des organisations locales et des gouvernements pour aborder ces maladies de manière conjointe. Avec une approche basée sur les droits de l’homme, les faisant participer à tous les maillons de la chaîne, nous prétendons obtenir un plus grand impact à travers une stratégie intégrale qui passe, nécessairement, par travailler sous le parapluie de la Stratégie de Soins de Santé Primaires (SSP) dans le but d’améliorer le niveau de santé de toute la communauté. Ainsi, nous nous engageons pour une distribution plus juste et équitable des ressources, non seulement les sanitaires, mais d’autres de type socio-économique, qui sont déterminantes pour la santé, principalement l’éducation, l’eau potable, l’hygiène, l’assainissement et l’alimentation. De plus, nous incorporons de forme transversale dans tous nos projets les perspectives de genre, handicap, interculturalité et durabilité environnementale, prêtant un intérêt tout spécial aux liens avec le Droit à la santé.

Photographie : Ana Palacios

Ce travail de prévention et le contrôle des MTN font partie intégrante de notre engagement pour la Couverture sanitaire universelle, dont l’objectif est de garantir que toutes les personnes reçoivent les services sanitaires dont elles ont besoin, sans avoir à traverser des pénuries financières pour les payer.

Objectifs de développement du millénaire, Anesvad et les Maladies oubliées

Chez Anesvad nous nous engageons envers les Objectifs de développement durable (ODD) comme agent instigateur du changement. L’Objectif 3 aspire à garantir la santé et le bien-être de toutes les personnes, à chaque étape de la vie, et inclut dans cet objectif les maladies tropicales négligées, axe central de l’action d’Anesvad.

Photographie : Ana Palacios

Que les Maladies Tropicales Négligées aient été incluses dans les ODD est sans nul doute une bonne nouvelle pour l’avancée que cela suppose par rapport aux Objectifs de Développement du Millénaire qui ne les incluaient pas. Les ODD ne visent pas quelques maladies, elles ont un vaste objectif sanitaire et adoptent comme finalité l’obtention de la Couverture Sanitaire Universelle en surmontant les inégalités dans l’accès à la santé d’un point de vue global, pas seulement par pays. Malgré tout, le travail réalisé pour freiner l’avancée de ces maladies dans les pays les plus affectés a permis d’améliorer la santé de milliers de personnes. En 2012, selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 800 millions de personnes ont eu accès à la santé et ont reçu un traitement préventif pour au moins une des 17 maladies.

Dans le rapport sur les Statistiques Sanitaires Mondiales publiées par l’OMS cette année, on souligne que les politiques de nombreux pays sont encore très loin d’atteindre la couverture sanitaire universelle dans les services de santé, mesurée conformément à un taux d’accès aux 16 services essentiels. Des droits sociaux et des déficiences qui sont plus manifestes dans des régions d’Afrique, où nombre de personnes qui ont besoin de recevoir des soins médicaux subissent les dénommés "coûts sanitaires catastrophiques", définis comme les coûts sanitaires directs qui dépassent 25% du total de la dépense de l’économie familiale et les mènent à une plus grande pauvreté.

Les Statistiques Sanitaires Mondiales 2016 offrent une vision générale des données annuelles les plus récentes quant aux objectifs de santé des ODS, et plus concrètement concernant les MTN. Les chiffres continuent à exiger des réponses :

  • 1700 millions de personnes nécessitent un traitement contre les maladies tropicales négligées dans 185 pays
  • 1800 millions de personnes boivent de l’eau polluée et 946 millions de personnes défèquent en plein air
  • Plus de 2,7 de personnes nécessitent un traitement et des soins pour des maladies comme l’ulcère de Buruli et la lèpre

Les interventions sur les maladies oubliées comme celles qu’Anesvad implémente au Bénin, au Ghana ou en Côte d’Ivoire requièrent la mise en œuvre d’actions diverses:

  • 1.

    Eau, hygiène et assainissement

    L’eau, l’hygiène et l’assainissement sont fondamentaux pour combattre et prévenir les maladies oubliées qui affectent les personnes les plus marginales et pauvres vivant dans des contextes de pauvreté extrême, sans accès à des conditions d’hygiène minimales. Dans ces communautés, il n’existe pas de source d’eau potable, ils ignorent ce qu’est un robinet ou des toilettes. De plus, après avoir installé des fontaines et des latrines, nous insistons sur l’éducation; il faut leur enseigner les bonnes pratiques d’hygiène et leur montrer comment, en utilisant l’eau propre et les toilettes, leur santé s’améliore.

  • 2.

    Formation

    Les maladies sur lesquelles nous travaillons surviennent dans les contextes de plus grande vulnérabilité et pauvreté, des lieux où il manque du personnel sanitaire. Ainsi, il est fondamental de travailler sur leur motivation, sur l’extension de leurs connaissances pour garantir les meilleurs soins aux personnes malades. Dans tous nos projets nous incorporons non seulement la formation du personnel de santé, mais également celle du premier maillon de la chaîne sanitaire, les promoteurs/trices de santé. Il s’agit de personnes qui vivent dans les communautés et qui reçoivent les connaissances de base pour pouvoir aider leurs voisins et voisines. De plus, à travers les activités de sensibilisation et d’information dans les communautés, nous travaillons également dans la détection précoce des maladies, ce qui permet de réduire leur impact sur les personnes malades qui peuvent ainsi être traitées plus tôt. Toutes ces activités appuient le renforcement des systèmes de santé. C’est la seule manière de garantir la durabilité des interventions et d’atteindre notre objectif final: générer des changements réels, qui perdurent dans le temps, pour que les conditions de vie des populations pour lesquelles nous travaillons s’améliorent.

  • 3.

    Traitement, soins et rééducation

    Après avoir détecté la maladie, nous nous efforçons d’obtenir que toutes les personnes reçoivent le même traitement, car où qu’elles se trouvent et quel que soit le niveau de la maladie, toutes les personnes ont les mêmes droits. C’est pourquoi nous garantissons le traitement complet, en passant par l’hospitalisation le cas échéant, l’administration de médicaments, l’alimentation et même le soutien scolaire dans le cas des enfants, principaux affectés par ces maladies. Nous assumons également la gestion des cas les plus graves, qui requièrent une intervention chirurgicale et la postérieure rééducation pour pouvoir récupérer la mobilité des membres affectés et réduire le stigmate et les conséquences tant physiques que mentales que laissent ces maladies.

  • 4.

    Approvisionnement en médicaments et équipements

    Chez Anesvad nous soutenons l’approvisionnement en médicaments des centres de santé, pour garantir que toutes les personnes malades reçoivent leur traitement. Bien que l’ulcère de Buruli soit une maladie dont on ignore encore aujourd’hui le mode de transmission, il existe une combinaison antibiotique qui permet de guérir les personnes affectées à un stade précoce. Il existe également pour combattre la lèpre un traitement gratuit depuis 1995 et, dans le cas du pian, de récentes découvertes permettent de guérir les personnes affectées avec une seule dose d’azythromycine, un antibiotique qu’on utilise couramment pour soigner des affections comme la pharyngite.

  • 5.

    Entrepreneuriat et Réinsertion sociale

    Pour de nombreuses communautés et régions affectées par ces maladies, leur origine est mystique et tient des malédictions. Ceci fait que trop souvent les personnes malades le cachent ou sont rejetées par leurs voisins et voisines, chose qui affecte même leurs parents proches. C’est pourquoi, l’information et la sensibilisation sont fondamentales, pour faire parvenir à ces endroits l’information nécessaire qui leur permette de comprendre qu’il s’agit de questions de santé requérant un traitement. Si ceci ne se produit pas, les conséquences sont fatales: on perpétue la pauvreté et le stigmate, et on ne pourra pas éviter le rejet. Pour parvenir à ce que les personnes qui ont été malades récupèrent leurs vies et qu’elles aient la possibilité de travailler et d’avoir des entrées d’argent, nous développons des activités d’entrepreneuriat et de réinsertion sociale dans les propres centres et avec des associations d’anciens malades.

Vidéos

Nous luttons contre l’ulcère de Buruli

Ce que vous pouvez faire

Vous voulez nous aider dans notre lutte contre les maladies négligées?

Je souhaite collaborer